Ma Saint-Valentin et ma recherche de l’équilibre

IMG_5004_1neige2

C’est avec mes meilleures amies que j’ai décidé de passer la Saint-Valentin cette année. La tempête ne nous a pas empêchés de sortir. La soirée a commencé avec une séance de maquillage gratuite chez MAC en honneur du lancement de la nouvelle collection Flamingo Park. J’ai bien aimé les couleurs vibrantes et printanières de la nouvelle palette. Ensuite, nous sommes sorties prendre un verre, mais nous ne sommes pas restées longtemps au bar. Quand nous sommes revenues, nous avons décidé d’écouter Le Cercle, un de mes films d’horreur préférés. Puis, nous avons terminé la soirée avec une partie de Mario Kart. Le secret d’une amitié réussie selon moi : l’acceptation. Cela signifie que j’accepte les sautes d’humeur, les défauts et les erreurs de mes amis. Si je me permets d’être de mauvaise humeur parfois, je dois faire de même avec mes amis. Je les aime tellement et je ne voudrais pas les changer ❤.

12524209_10156414978230554_4643440398897921445_nmac_collection_MXG705

Pendant le film, je me suis mise à réfléchir au sujet de l’équilibre (il m’arrive souvent de m’égarer dans mes pensées).Comment vivre en équilibre Selon moi, l’équilibre est un état de bonheur qui vient de la maîtrise de soi. J’ai l’impression que pour plusieurs personnes, l’équilibre est un moyen pour trouver le bonheur dans leur vie. Alors que moi, j’ai toujours perçu l’équilibre comme une fin. Je m’explique : je connais des gens qui pensent que pour être en équilibre, ils doivent faire de l’exercice, bien manger, lire, méditer… Bref, prendre soin d’eux. Je crois plutôt que l’équilibre est le résultat de l’amour de soi et de l’amour des autres. Lorsque l’on s’aime, on ne se laisse pas démolir, que ce soit par les situations ou par les propos et actions des autres aussi méchants qu’ils peuvent nous paraitre. On s’autorise à l’erreur et on veut devenir meilleurs. Quand on aime les autres, on leur donne le droit à l’erreur, on n’essaie pas de les changer et l’on tente de faire ce qui a de mieux pour eux. Cela signifie que même s’il leur arrive de me blesser, je reste gentille et je me demande quelle leçon je peux en tirer. Je suis responsable de mon bonheur; pas les autres. Et chaque expérience arrive pour me faire grandir. Mais comment aimer? Selon moi, l’amour vient de la façon de voir les gens. Et je crois qu’il faut voir les gens comme des personnes différentes avec leur propre personnalité, leurs propres expériences, leur propre cheminement et leur propre mission. Et quand je me dis que tout le monde est différent et pense différemment selon leur vécu, j’en arrive à la conclusion qu’il n’y a pas de vérité. Cela signifie que l’on est tous égaux et que l’on a tous la même valeur. Les gens nous apprennent énormément sur la vie et ils nous permettent de mieux nous connaitre. On serait malheureux sans les autres. Donc, il faut chercher à comprendre les autres. Et une fois que l’on comprend pourquoi ils sont comme tels, on ne peut faire autrement que de les aimer. Une fois que l’on saisit cela, on devient alors en maitrise de soi et en équilibre avec la vie. Peu importe ce qui m’arrive, je décide d’aimer. Et parce que j’aime, je prends les meilleures décisions possible pour moi et pour les autres. J’ai décidé de faire une petite infographie pour mieux illustrer ce que je ressens.

Je vous souhaite une très belle journée,

Valérie

Publicités

Est-ce que la démocratie est le meilleur système politique?

À l’annonce des prochaines élections fédérales du Canada, je me pose la question à savoir si la démocratie est le système politique le plus performant. académie

Rappelons que le principe de la démocratie ou de la « souveraineté du peuple » est apparu à Athènes. Elle permettrait au peuple de contrôler ses dirigeants, et de les chasser du pouvoir sans recourir à une révolution. Dès ses débuts, ses lacunes ont été soulevées par Platon. Il voulait mettre fin à la démocratie à Athènes parce qu’il a observé que les gens ne réfléchissaient pas convenablement avant de voter, faisant en sorte que les dirigeants n’étaient pas bien qualifiés. Il ne voulait pas mettre en place un système dictatorial loin de là, mais il voulait faire en sorte que les individus ne puissent pas voter avant d’arriver à penser de façon raisonnée. C’est pour cette raison qu’il a fondé une école, l’Académie qui, pendant 300 ans, a permis aux étudiants d’apprendre à devenir bons.

Dans les pays démocratiques comme le Canada, les dirigeants sont votés par les citoyens et citoyennes qui désirent user de leur droit. Tout ce dont nous avons besoin pour voter est d’être citoyen(ne) et d’être âgé d’au moins 18 ans. Il n’y a aucun test de personnalité ni aucun test de connaissance. Nous pourrions n’avoir aucune empathie et il nous serait possible de voter. Il n’y a aucune discrimination. La question que je me pose et qui a été soulevée par Platon est la suivante : est-ce que le peuple est en mesure de se gouverner? Est-ce qu’il a la sagesse requise pour décider du gouvernement qui est le mieux pour tout le monde? L’histoire nous montre que non. Nous n’avons qu’à penser à l’Allemagne de Hitler pour savoir que le peuple ne prend pas toujours les bonnes décisions.

Et encore, est-ce que les partis politiques sont en mesure de nous gouverner et ont-ils la sagesse pour savoir ce qui est bon pour tout le monde? L’histoire nous montre encore que non. Je n’ai pas besoin d’énumérer toutes les fois que les gouvernements ont voté pour une loi discriminatoire, allant à l’encontre des libertés individuelles ou menaçant l’environnement. Il arrive couramment que les gouvernements, désireux de satisfaire l’opinion publique ou leurs propres intérêts, mettre en place des politiques qui défavorisent certains peuples dans le monde.

Le qualificatif démocratique donné à notre société est, à mon opinion, erroné. En réalité, il y a une élite qui contrôle le pouvoir; les riches. En échange de votes, le gouvernement qui se fait élire doit satisfaire aux exigences financières et économiques des compagnies, industries et individus riches. Ce type de gouvernement caractérise la « ploutocratie », c’est-à-dire une société où l’argent constitue la base du pouvoir.

De plus, le peuple a tendance à voter pour un dirigeant qui satisfait ses besoins qui lui sont propres, sans pour autant tenir compte du bien commun. Par exemple, si un individu chasse, il votera pour un gouvernement qui promet de mettre en place des lois qui favorisent l’accès aux armes. Je crois que les individus sont un produit de leur société donc, avec une éducation humaniste accessible à tout le monde, il serait possible de construire une société dans laquelle les citoyens et citoyennes prennent de meilleures décisions.

Le principe à la base de la démocratie est bon. Il permet aux individus de participer aux décisions qui les concernent et d’atteindre une plus grande autonomie. Mais le peuple manque d’humanisme.

Quel serait le meilleur système politique?

En attendant que tous les humains dans le monde aient accès à une éducation humaniste, imaginons un système qui permettrait aux citoyens de disposer de leur société tout en prévenant les mauvaises décisions. Par mauvaises décisions, j’entends des choix qui empêcheraient l’épanouissement de l’être humain dans tous les pays et pour les générations à venir. Les citoyens garderaient leur pouvoir, mais il y aurait une instance qui agirait à titre de chien de garde. La démocratie régnerait dans tous les pays, cependant une monarchie mondiale s’assurait que les décisions politiques de tous les pays respectent les principes de l’humanisme. Les monarques riches n’auraient aucun autre intérêt à régner que la volonté du bien commun. Ils ou elles seraient choisi(e)s pour leur intelligence et leur bonté et iraient dans des écoles leur permettant d’acquérir les qualités pour diriger. Ce serait des individus extrêmement humanitaires. Je ne parle pas d’une certaine élite désillusionnée et loin du peuple. Les monarques sont des êtres près du peuple qui ont fait du bénévolat au cours de leur apprentissage. Les ressources de tous les pays appartiendraient aux monarques qui se chargeraient de leur distribution selon les besoins. Cela permettrait de maintenir la paix dans le monde. Les monarques n’appartiendraient à aucun pays et saisiraient les particularités de toutes les sociétés.

Cette société que je m’imagine est très utopique. Hélas, il serait impossible de mettre en place une telle institution sans intervention divine puisque les gouvernements sont malheureusement animés non pas par le bien, mais par le pouvoir.

Comment expliquer le but de la vie par la théorie de la communication

Norbert Wiener--468x150

Si vous avez lu mon article sur la logique holistique, vous comprendriez ma croyance selon laquelle le monde fonctionne à partir de cette logique et que tout est lié ensemble. Aujourd’hui, je réfléchissais à la façon dont la théorie de la communication et le but de la vie étaient liés et j’en suis arrivée à une conclusion cohérente.

Commençons par réfléchir sur la communication. Wiener voyait l’information comme une mesure d’organisation et l’entropie comme une mesure de désorganisation. En effet, si l’information reçue est la même que celle qui a été transmise, on peut dire que le système est fonctionnel. Si je me brule, mes neurotransmetteurs situés sur ma peau vont transmettre cette information à mon cerveau qui va réagir par l’émission d’endorphines, et mon système nerveux central va réagir par le réflexe de retirer ma main de l’objet brulant.

Pour que la communication soit fonctionnelle entre les individus, il faudrait que l’émetteur transmette un message qui soit compris par le récepteur. Il y a certains trucs pour que l’information émise et celle reçue soient la même. Par exemple, si deux personnes ont une conversation, la personne qui émet le message doit être consciente de ses intentions et de ses sentiments. Elle doit aussi demander une confirmation à la personne qui reçoit son message pour savoir ce qu’elle en a compris. Quant à la personne qui reçoit le message, elle doit faire preuve d’une très grande ouverture, d’une très grande empathie, et elle doit demander à la personne si son interprétation du message est bonne.

Le problème est que malgré tous les efforts possibles pour comprendre une information, on ne peut jamais saisir l’information de la même manière que la personne qui la transmise. Pour cela, il faudrait avoir sa personnalité, ses expériences bref, il faudrait avoir vécu sa vie.

En sachant cela, c’est maintenant que j’interviens avec mon hypothèse sur le but de la vie : du moment qu’on voit le monde comme une création, on peut imaginer un créateur avec une intention de créer un monde afin que l’on y vive des expériences par lesquelles le créateur a passé. De cette façon, on pourrait arriver à comprendre les informations qu’il veut nous communiquer. Après tout, il faut avoir expérimenté le bonheur pour comprendre le bonheur de la même façon qu’il faut avoir expérimenté la souffrance pour la comprendre. Puisque cet univers est une création, nous apprenons les concepts d’un créateur. Parfois, je me dis que j’aimerais que les autres vivent ma vie pour comprendre comment je me sens. Alors, imaginons si après la mort nous expérimentons la vie de tout le monde: je crois que l’on arriverait à un niveau de compréhension qui pourrait surement régler les conflits. Imaginez que vous avez une dispute avec votre ami. Si vous viviez la vie de votre ami, vous comprendrez pourquoi il a agi comme tel et comment vous l’avez fait sentir.

Bref, je crois que nous vivons pour comprendre les expériences du créateur de cet univers dans l’espoir de retourner dans un monde meilleur. Imaginons si nous pouvions tous et toutes créer des univers pour que chaque personne puisse y vivre nos concepts. Nous arrivions à un niveau d’empathie qui réglerait la paix dans le monde.

Ce que j’en pense du discours d’Emma Watson

Emma Watson, actrice connue pour avoir joué dans Harry Potter, est devenue ambassadrice pour les droits des femmes aux Nations unies et a prononcé un discours sur le féminisme ce samedi pour lancer sa campagne « He For She ». Dans ces propos, elle invitait les hommes à se mobiliser pour la cause puisqu’ils sont également concernés dans le problème des inégalités de genre. À la suite du discours, de nombreuses critiques ont circulé affirmant que le féminisme est un problème féminin et qu’inviter les hommes était un coup raté de sa part.

Lire la suite de « Ce que j’en pense du discours d’Emma Watson »

La logique holistique

Vendredi dernier, j’avais une discussion avec une amie. Elle me parlait de sa capacité à voir les défunts et de certaines expériences paranormales qu’elle a vécues. Philosophique comme je suis, je lui ai trouvé une logique possible derrière son expérience, c’est-à-dire un « pourquoi » qui pourrait expliquer son concept de médiumnité. Lire la suite de « La logique holistique »

L’impasse du Monarque

Dans cet article, j’élaborai la théorie de l’impasse du Monarque. De cette façon, vous comprendrez peut-être le malaise que j’éprouve lorsque j’écris. En fait, je vais extrapoler le scénario pour imaginer le malaise qu’éprouverait une personne qui détiendrait l’explication de l’univers ainsi que les démarches à suivre pour faire régner la paix dans le monde si cela était possible. Lire la suite de « L’impasse du Monarque »